Publier en ligne – Partie 2 – Un mode de publication avantageux


La publication en ligne est la plus souple des formules de publications. Elle offre de nombreux avantages, mais on peut aussi lui attribuer des inconvénients majeurs. Qu’en est-il vraiment ? Les inconvénients font-ils vraiment partie de la méthode elle-même, ou seulement de ce qu’on a l’habitude d’en faire ?

Placer son texte sur un site est un acte techniquement très différent de la publication d’un livre en papier. Pourtant, dans les deux cas, vous mettez votre oeuvre en pâture aux lecteurs de passage qui, en parfaits inconnus, jugeront votre travail en toute objectivité.

Demandez leur avis aux inconnus

Un des premiers conseils aux auteurs débutants, c’est de ne pas se limiter au regard d’un cercle trop restreint et trop proche. Demander à des parents ou amis de commenter votre prose vous expose à un avis déguisé sur vous et non sur vos écrits. Dans le meilleur des cas vous serez flatté, à l’opposé, vous aurez donné un bâton pour vous battre.

Une timidité, très fréquente chez les débutants, freine très souvent les ardeurs. Comment ? Je dois exposer mon oeuvre en public ? Tout le monde pourra me lire ? Mais c’est tellement « m’as-tu-vu » ! Jamais je n’oserai !

Autant dire que si vous n’osez déjà pas vous exposer à quelques internautes, inutile d’envisager vous faire publier un jour. Quand on publie, c’est pour être lu.

La peur de déplaire doit déjà être balayée. On ne peut jamais plaire à tout le monde, c’est comme ça. Quoi que vous fassiez, il y en aura toujours pour trouver cela stupide, inutile, voire déplaisant. Et alors ? Quelle importance ? S’il fallait attendre que chaque action reçoive un avis unanime, rien ne se ferait jamais et le monde ne tournerait pas. (Bon je sais, j’entends des voix qui s’élèvent pour dire que le monde ne tourne pas si bien que cela, mais c’est un tout autre débat).

Avoir un retour, des avis et des commentaires sur ce que vous écrivez est d’une importance capitale. C’est même primordial ! Si les réactions sont très positives, cela vous renforcera, vous gagnerez en confiance, cela vous stimulera.

Les commentaires constructifs, même négatifs vous donnent des pistes pour améliorer votre style, votre message. Ils sont des cadeaux sans prix pour progresser. Ne les prenez jamais comme des insultes, car en les affrontant, en corrigeant ce qui doit l’être, ils vous catapulteront bien plus loin que si vous restiez seul à gamberger dans votre tour d’ivoire.

Et si les avis sont très décevants, négatifs à l’extrême, il faudra évidemment se poser des questions. Soit tout revoir de A à Z, soit se dire qu’écrire n’est peut-être pour vous qu’un moyen d’expression sans but de diffusion. Si vous n’êtes pas fait pour ça, autant le savoir rapidement, non ?

Quels sont les 3 atouts de la publication en ligne ?

1) Premier atout : la rapidité

Le premier immense avantage de la publication en ligne, c’est le feed-back immédiat. Votre texte sur la toile est instantanément accessible à des millions de lecteurs potentiels. Ne rêvez pas, le monde entier ne se ruera pas pour lire le premier texte d’un parfait inconnu parmi les milliards de pages du réseau des réseaux. Mais les amateurs de lecture connaissent les sites littéraires où l’on peut faire des découvertes et vous ne tarderez pas à être lu… souvent le jour même de votre mise en ligne. S’ils laissent un commentaire, vous aurez un retour immédiat, ce qui représente un avantage inimaginable comparé à l’édition traditionnelle où il faut attendre des semaines (pour les grands auteurs confirmés), des mois et même parfois un an ou deux pour avoir une première estimation réaliste de votre public.

Pour réagir, il faut savoir. Et plus vite vous prenez connaissance de votre potentiel et de votre public, plus vite vous pourrez vous adapter, vous améliorer.

Pour un auteur débutant, la rapidité de feed-back est la principale raison de passer par la publication en ligne !

2) Second atout : rejoindre une communauté

Certains sites ou forums sont dédiés à une communauté d’auteurs qui décident de s’entraider pour progresser. Quand vous publiez un texte sur ces sites, vous le soumettez au regard d’autres auteurs qui le jugeront en connaisseurs, puisqu’ils écrivent aussi. Le niveau de commentaire est donc souvent un cran au dessus, car les intervenants savent mieux qu’un simple lecteur ce qui peut faire avancer, bien souvent, parce qu’ils auront rencontré un jour ou l’autre les mêmes soucis.

Comme il s’agit de sites d’entraide, vous devrez aussi contribuer au travail des autres auteurs en lisant et en commentant avec justesse leurs oeuvres.

Outre les liens d’amitié qui se créent entre personnes partageant la même passion, ce bouillon de savoir, de créativité et d’analyses croisées est un moteur très utile pour progresser à pas de géants dans votre écriture. 

3) Troisième atout : un marchepied vers l’édition papier

On le sait, il est très difficile de faire publier son roman dans le circuit éditorial traditionnel. Partant de là, il est important d’éviter les erreurs de débutant en contactant un éditeur, au risque de se faire définitivement griller. La publication en ligne permet de se faire les dents, de détecter en amont ce qui peut poser problème et de rectifier le tir, avant de solliciter une maison d’édition. Si lors de l’envoi d’un manuscrit chez un éditeur, vous avez déjà pu évacuer les erreurs basiques, au niveau du fond, de la forme, du rythme, de l’orthographe, mais aussi de la mise en page et en étant capable de vous présenter avec plus d’assurance, vous maximiserez vos chances pour ne pas vous faire jeter.

Les erreurs grossières lors de l’envoi d’un manuscrit sont une excellente méthode de suicide éditorial.

Faites-vous les dents en rectifiant toutes les erreurs que vous ne manquerez pas de déceler sur vos textes en ligne grâce aux réactions de lecteurs, d’autres auteurs, et maximisez vos chances quand vous présenterez votre manuscrit à un éditeur.

Publier en ligne : L’erreur à ne pas faire !

Publier en ligne peut aussi s’avérer dangereux… si l’on oublie les évidences. Quelques précautions permettent de ne pas succomber à ces écueils :

Premier argument : Mieux vaut se faire publier directement chez un éditeur, sans perdre son temps avec les autres modes de diffusion.

Sans doute est-ce vrai, quand on peut, mais rares sont les auteurs qui ont cette chance. Chaque éditeur reçoit quelques dizaines de manuscrits par semaine et dans le meilleur des cas en retient un ou deux par mois. Bon nombre de ces manuscrits sont recalés avant même d’être lus en raison de stupides erreurs de débutants : titre peu accrocheur, voire dévalorisant, lettre d’accompagnement rédigée en dépit du bon sens, résumé insignifiant… quand il y en a un. Parfois, un survol de la première page révèle 10 fautes d’orthographe par ligne de texte ou un style exécrable.

Erreurs qu’un auteur averti ne commettra pas, confronté à de nombreuses remarques et habitué à porter un soin méticuleux à tous les aspects.

Second argument : Jamais un éditeur ne publiera un texte déjà publié en ligne.

C’est une évidence, le texte que vous soumettrez à un éditeur devra être inédit, cela inclut les sites littéraires. Mais qui a dit qu’il s’agissait des mêmes textes ?

Les textes en ligne vous permettent de vous entraîner. Les sportifs passent un temps fou à s’entraîner pour être performants en compétition. Il en va de même dans toute discipline créative.

Remettez l’ouvrage 100 fois sur le métier avant de pouvoir parler d’une oeuvre. Apprenez les réflexes qui feront de vous un professionnel et lorsque vous aborderez un éditeur, proposez-lui évidemment un manuscrit original et inédit, bien emballé sur le fond et la forme afin de faire mouche du premier coup. Être déjà bien rodé lors de votre premier essai, n’est-ce pas là un atout considérable ?

Publier en ligne, beaucoup d’atouts, peu de dangers

On le voit, publier ses textes en ligne est un excellent moyen de se faire les dents, de progresser, de créer des liens, et de régler un tas de petits problèmes qui pourraient compromettre les chances de publier vraiment un livre par la suite. Beaucoup de « pour » et peu de « contre » à condition de respecter cet ultime conseil :

Si votre but est de publier un livre, ne vous contentez pas de l’étape intermédiaire ! Le moment venu, passez à l’étape ultime : proposez votre meilleure oeuvre inédite aux éditeurs potentiellement intéressés.

La première marche n’est jamais un obstacle vers la seconde, elle facilite le passage. Encore faut-il avoir envie de gravir les étages !

Où en sommes-nous dans notre série d’articles ?

Série « Publier sous quelle forme ? »

Introduction
Le livre papier : (Partie 1 – Partie 2)
Publier en ligne : (Partie 1 – Partie 2)
L’eBook sous toutes ses formes
L’ePub sous toutes ses formes
Les médias pour textes courts
Synthèse : comment faire votre choix ?

À bientôt pour la suite de ce dossier publication.

C’est à vous : à la lumière de cet article, êtes-vous tenté, si vous ne l’avez jamais fait, de publier un texte en ligne pour vous soumettre aux commentaires d’inconnus ?
Et si vous l’avez déjà tenté, qu’en avez-vous retiré ? 


  1. Bien d’accord avec toi Thierry, quel plaisir de publier en ligne !
    Parmi les avantages, comme tu l’as dit, la rapidité !
    Et puis il y a aussi l’interactivité, le contact immédiat avec le lecteur et le feed back qu’on peut en retirer … c’est enrichissant et pasionnant !
    Bone année 2013 !

    Philippe

    • Il est clair que le côté humain et interactif est immédiatement accessible de cette façon, là où cela prend des mois en édition classique. Et les contacts privilégiés qui se créent perdurent souvent lorsqu’on passe de la publication en ligne à l’édition papier, ce qui permet de démarrer celle-ci dans de meilleures conditions.
      Publier un premier livre en ayant déjà des lecteurs fidèles et des fans, voilà un paradoxe agréable 🙂

      Bonne année 2013 !

  2. Bonjour Thierry,

    Quand tu parles de se faire publier tu parles de livres mais quid des articles à mettre on-line ?

    Qu’en penses-tu je le faisais au début de mon blog mais les administrateurs sont devenus tellement exigeants que j’ai abandonné trop de temps perdu, qu’en penses-tu ?

    • Les sites d’articles en ligne sont effectivement devenus obsolètes à mes yeux. La politique « anti-duplicate content » de Google les ayant souvent sanctionnés, ils sont devenus hyper-exigeants, à un point aberrant.
      Ils proposent des textes destinés à être copié pas tous, mais ceux qui les rédigent n’ont pas le droit de les publier chez eux… La logique m’échappe complètement, mais à mon humble avis, c’est parce qu’il n’y en a plus 😉

      Et bonne année 2013 !

      • Re-bonjour Thierry

        Dans la formation qu’on a suivi on nous recommandait de mettre en ligne sur ces sites mais rapidement je me suis rendue compte que c’était une grande perte de temps
        A bientôt

  3. Bonjour Thierry,
    Si je ne l’avais pas fait, je serais tenté de publier en ligne en lisant ton article…
    Mais comme je l’ai déjà fait, ça me donne envie de recommencer !
    Merci pour toutes ces infos.
    Prends soin de toi
    Luc Mister No Stress

    • Merci, Luc, pour ce commentaire.
      C’est vrai que je suis aussi souvent tenté de me lancer dans quelque chose par enthousiasme suite à la lecture d’un article de blog. 🙂
      Le monde du blogging est un brassage d’idées créatives ou chacun motive les autres.

  4. Bonjour,
    Article très intéressant et qui donne envie de publier en ligne.
    J’ai trouvé un super forum pour ça et je le partage avec vous, c’est Rêve de Fantasy (http://www.revedefantasy.org/). On peut poster ses textes, recevoir des avis, des corrections et même être publié par l’intermédiaire des créateurs du forum. Ils s’investissent vraiment pour aider (et publier) les nouveaux auteurs qui passent par là.
    Quant à moi, je vais commencé bientôt à écrire une histoire spécialement pour mon blog, pour « me faire les dents ». Je n’ai encore aucune idée de ce que ça sera, mais retrouvez-la prochainement sur mon blog.

    • Bonjour Aëmelle,
      Effectivement, ce forum à l’air très peuplé et à l’activité débordante. J’y retournerai plus attentivement, c’est certain.
      Partir sans idée de départ est un fameux pari. Je suis plutôt adepte d’une progression logique : idée, écriture, publication (fondements mêmes de mon blog), mais tout le monde ne partage pas cette approche et j’en connais qui partent « au hasard » pour arriver « quelque part ».
      Bon voyage dans ton imaginaire 🙂

  5. Pourquoi ne pas essayer ! Cela m’inciterait à continuer l’écriture de … Mon Livre ! j’ai besoin d’avis, d’échanges pour arriver à l’édition !

    Voyez mon site et laissez des commentaires toutes critiques me sont utiles A bientôt Merci

    • Re-bonjour Strega (voi l’autre commentaire)
      J’ai vu le site, les textes en cours. Ce livre n’est pas balbutiant… il y a déjà beaucoup de matière, mais il doit prendre corps, comme notre corps n’est pas qu’un assemblage d’organes mis au hasard. Chaque partie a sa fonction et doit participer au fonctionnement de l’ensemble.
      Le but à présent est de trouver cette structure.
      Oui, on peut en parler.

  6. Bonsoir,

    Je viens de regarder vos écrits. Cela me paraît un peu compliqué, pour un débutant.

    • Bonsoir Niky,
      Toute nouvelle activité peut paraître déroutante, voire compliquée au début. Mais il ne faut jamais oublier que petit à petit, on maîtrise mieux son art en y prenant plus de plaisir.

      Un conseil de base : en écriture, le plus important est la sincérité. La technique, le style, etc., cela vient automatiquement avec de l’entraînement.
      Quand on a envie d’écrire, il suffit d’y aller sans masque ni artifice.

      Le lecteur sera toujours plus touché par un récit sincère et maladroit que par un magnifique effet de style, creux et stérile comme un cratère martien.

  7. He! oui nous voilà en 2013..
    La misère insoupsonnée des Français continue les factures s ’empilent, les Français crèvent de faim.
    Les retraités, sont les premieres victimes de ce fléau.
    La France ne change pas d ‘un pouce, ouvrez les yeux, ne laissez pas la France mourrir sans réagir.
    Les personnes âgés sont les premières touchées, elles sont abandonnées par un gouvernement qui ne se préocupe pas de ce malaise, c ‘est honteux une assistante sociale qui laisse une personne dans le besoin sans chauffage, sans alimentaire, sans aide sans soutien moral.
    Que pensez-vous de ce problème?
    Doit-on laisser mourir ces personnes agées qui ont besoin de soutien,qui pour une société sont des personnes inutiles, à une époque ou l’ on doit soutenir ces personnes en danger, on les abandonnes ça me révolte.

    • La crise qui perdure et s’enlise, les personnes abandonnées, les exclus de tous bords… oui, nous vivons une époque particulièrement difficile pour beaucoup. Le monde politique est tellement déconnecté de la réalité du citoyen qu’on se demande si cette cécité mentale n’est pas une condition indispensable pour accéder au pouvoir.

      Je me suis d’abord demandé si c’était un sujet concernant ce blog, mais après réflexion, écrire représente pour moi un moyen de communication, un vecteur de transmission des idées.

      Des livres ont parfois changé le monde, des auteurs ont influé sur la pensée de leur époque. Toute proportion gardée, coucher sur papier ses convictions est un moyen de ne pas se coucher devant le rouleau compresseur de « la société ».

  8. Merci Thierry pour cet article très instructif.
    Je rajouterais un dernier atout de la publication en ligne : pas de stock de livres à gérer !!!
    Et franchement, pour celui qui ne veut pas s’embêter à gérer ses ventes et qui veut mettre en place un système automatisé, pour celui qui habite à l’étranger et vend des livres écrits en français, ou encore pour l’auteur nomade qui voyage en écrivant, c’est un sacré atout !
    A bientôt !

  9. Merci, Thierry, pour cet article plein d’enseignements! J’envisage sérieusement me rapprocher d’une communauté qui se trouve d’être proche de mes aspirations. Peut être que je vais suivre l’exemple de no stress et publier sous forme de e-book? Il va falloir débuter par quelque chose!

    À bientôt!

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>