Focus Actu : Pamphlet sur le passage à l’heure d’été


Pourquoi ce post sur l’heure d’été ?

Parce qu’écrire est un mode de vie et que l’on peut écrire sur tout. L’écrivain dans l’âme écrit sa vie, la vie des autres, des vies imaginaires ou encore… écrit sur l’actualité. Les auteurs les plus célèbres ont souvent aussi écrit des chroniques dans diverses publications de leur époque. Pour écrire, il faut observer, et quand on observe avec acuité, on a forcément un avis à exprimer. Alors je re-publie ce petit pamphlet deux fois par an (quel rendement ! :-)) à l’occasion de cette stupide tradition aux origines douteuses et aux buts plus qu’illusoires.

Voici donc le texte sur l’heure d’été publié à l’origine et encore disponible sur Babelweb, (site dont je vous ai déjà parlé dans cet autre article) :

« Nous y voilà ! Le cataclysme chronologique semestriel a encore frappé.

Eh oui. Nous n’y échapperons pas de sitôt. Comme chaque année à deux reprises, on nous impose cette farce quasi planétaire appelée « passage à l’heure d’été » ou « -d’hiver », selon la saison. Pourquoi une farce ? Parce que l’invraisemblable montagne de désagréments bien réels n’a d’égal que l’absence totale de démonstration d’un quelconque avantage. Chaque année, on nous assomme d’études scientifiques tout aussi sérieuses que contradictoires et à la base de commentaires nébuleux et embarrassés. Logique, comment expliquer intelligiblement au bon peuple que depuis tant d’années on le manipule comme une marionnette remontant inlassablement ses horloges pour une raison qui ne serait finalement pas si bonne que cela.

Passage à l'heure d'été, tradition débile qui nous vole une heure

On nous vole une heure d’été !

Car, il est bon de s’en souvenir, ces adaptations des horaires conventionnels du monde vivant ont vu le jour (mais à quelle heure ?) lors de la crise du pétrole. Cette technique avait principalement pour but de produire des économies d’énergie en adaptant les heures d’ouvertures des entreprises et administrations aux plages horaires d’ensoleillement. Théoriquement, leurs locaux auraient dû s’abstenir de consommer éclairage et chauffage en période diurne. Mais de l’aveu même des autorités, le résultat escompté n’a jamais été atteint.

De deux choses l’une :

  • Soit le système ne produit aucune économie réelle, et il serait bon de se rattraper en économisant l’huile de bras des contribuables.
  • Soit il subsiste un doute quant à l’efficacité du système : Mais ne dit-on pas « Dans le doute abstiens toi ». Au risque de passer pour un faignant, en l’absence d’effet, ne vaut-il pas mieux choisir la cause la moins fatigante : ne rien faire !
  • Soit la méthode produit de substantielles économies. Chouette ! Mais dans ce cas, soyons encore plus malins. Si, à l’échelle du pays, le décalage d’une heure permet de faire une économie de (mettons à titre d’exemple) 1.000.000 d’euros, pourquoi ne pas proposer plutôt un décalage de 24 heures ? Cela permettrait d’économiser 24.000.000 d’euros, et il ne faudrait même plus régler nos montres 🙂

L’heure d’été ne serait-elle donc qu’un leurre d’été ?
Mais incontestablement source de heurts divers.

Les problèmes sont légion. À commencer par la nature qui s’accommode mal de se voir ainsi arbitrairement maltraitée. Expliquez à une vache pourquoi diable elle doit attendre une heure de plus pour passer à la traite… et six mois plus tard, au fermier, pourquoi ses vaches produisent moins de lait, l’obligeant à attendre une heure de plus. Expliquez-nous pourquoi on ne peut plus voir le Soleil au zénith à midi, et comment installer sur les cadrans solaires un dispositif de décalage saisonnier. Et la pauvre planète, pouvez-vous imaginer ce qu’elle subit ? À faire tourner ses 40.000 Km de circonférence en 24 heures, vous l’obligez à faire un bon en avant, ou en arrière, de 1.666 Km en une fraction de seconde. Bien sûr, pas la planète entière, car il existe des pays qui n’adaptent pas leurs horaires. Mais justement, c’est encore pire, car la collision à 1.666 Km/sec entre les différents pays pourrait bien être la cause des mouvements tectoniques des plaques continentales 😉

Comment s’excuser d’imposer à des millions de gens un décalage horaire sans leur avoir proposé un billet d’avion ? Que dire aux insomniaques venant à peine, en six mois, de s’accommoder du précédent changement, et qui peuvent finalement reprendre le rythme précédent… ou essayer, à coup de somnifères, le déficit de la sécurité sociale réduisant à néant toutes les économies d’énergie.
Sans compter les distraits ayant omis d’en tenir compte et qui ratent leur plus important rendez-vous d’affaire auquel ils se rendent une heure trop tard. Voire deux heures, pour les plus grands distraits qui auront changé l’heure dans le mauvais sens 😉
Les milliers d’accros du feuilleton fleuve américain à la mode, qui rateront le 576e épisode, ayant oublié de régler leur magnétoscope. Et les millions de systèmes électroniques embarqués qui refusent de fonctionner par leur inadaptation aux caprices de Chronos.

L’heure du changement : un jeu de dupe

À ce jeu semestriel, nous nous faisons systématiquement battre. Avouez-le ! Avez-vous réglé votre montre ? Les horloges ?
Bien. Ah oui, la montre de votre voiture… du micro-onde… et la chaîne haute-fidélité ? OK. Aïe, le thermostat ! c’était tout juste, vous auriez eu froid ce soir en rentrant. Héhé, tout y est… ah zut, le fax ! … l’ordinateur, et le répondeur, bien entendu. Bon, vous y êtes ?
Tiens, téléphonez à vos copains pour leur dire que cette année, vous ne vous êtes pas fait avoir… Que dit-il ? Si vous avez pensé au GSM ? … ??? ET meeeeerde !

Terminons par le plus retors de tous les constats. Vous imaginez-vous le nombre de personnes s’agitant en tous sens au même moment, pressant des boutons dans un ordre savant, cherchant le mode d’emploi de ce satané appareil, où l’a-t-on mis ?, faisant l’inventaire des chronomètres, montres, horloges… Des dizaines, peut-être des centaines de millions de citoyens « innocents » mais condamnés aux « travaux forcés », contraints de suivre le mouvement sans la moindre compensation. Imaginez ces millions d’heures perdues, multipliez-les par le tarif horaire moyen dans nos contrées. C’est colossal.

Dites, à tout bien réfléchir, ces millions d’heures prestées par le contribuable, non rémunérées et prétendument motivées par de substantielles économies pour la collectivité, ne serait-ce pas, comme qui dirait, un « Impôt indirect déguisé et en nature » ? Mmmm ? Ce n’est pas pour rien qu’on vous « l’impose », cette farce !
Peut-être feriez-vous bien d’en tenir compte et de penser à déclarer le paiement d’un précompte à l’heure de faire votre prochaine déclaration fiscale. »

  

Et vous, à présent, dites-moi ce que vous pensez de cette farce. Vous sentez-vous également victime d’un rite même pas sacré qu’aucun responsable n’ose remettre en question, ou au contraire, trouvez-vous qu’il est vital de remettre nos horloges à l’heure au moins deux fois par an ?


  1. Bonjour Thierry,

    Merci pour cet article piquant et humoristique … le fait est que, malgré mes études d’expertise comptable, depuis l’Argentine où je me trouve, je dois compter sur mes doigts pour savoir combien il y a d’heures de décalage maintenant pour appeler mes enfants en France ! 😉
    Et je pense que ce décalage n’est pas du goût de tout le monde comme tu le soulignes, en particulier les petits enfants auxquels il faut expliquer qu’il faut aller au lit alors qu’il fait encore jour … oui, mais il est tard (ou il est tôt et je ne comprends toujours pas la logique?) ! 😉
    A très bientôt. Bien amicalement à toi!

    Philippe

    • Bonsoir Philippe,

      Effectivement, nombreux sont-ceux qui, comme toi et moi, ne s’y retrouvent pas avec cette tradition inutile. Heureusement que les médias nous disent très exactement comment procéder, du moins jusqu’à ce que l’un d’entre eux commette une bourde ! Ce jour-là, nous serons nombreux à louper des rendez-vous ! 🙂

      Amicalement

  2. Salut Thierry,

    Mince alors, l’heure change deux fois par an ?

    C’est dingue!

    Moi qui croyait qu’il s’agissait simplement de dormir une heure de moins ou une heure de plus.

    Je ne faisais pas le rapport.

    D’ailleurs, je ne tripote jamais les horloges.

    C’est un peu comme le principe de l’aspirateur.

    Pourquoi le passer maintenant puisqu’il faudra quand même encore le passer dans 6 mois.

    Pour les appareils ménagers, hi-fi et tout le reste, rien ne change, il est toujours 00:00

    Et puis, je continue à avoir un doute sur la réalité de ce changement.

    Je vais poster mon commentaire et il sera indiqué 16h05 et pas 15h ou 17h.

    Donc, c’est juste.

    Et paf, il n’y a donc pas de changement!

    @+ dans une heure ou moins ou plus.
    Christian.

    • Salut Christian,

      Je suivrais bien ta méthode, ne pas programmer d’heure. Le problème, c’est que mon four à micro-ondes refuse de fonctionner tant que je ne lui ai pas réglé l’horloge ! Damned ! Un vrai complot ! 🙂

      A+

  3. croyais…

    Ben mince alors, il est indiqué quand même 15:05!
    Je suis bouleversé.

    Et pourquoi pas les petits hommes verts ?

    C’est dramatique.

    Il faudra donc remettre les pendules à l’heure.

    L’heure est grave.

    @+
    Christian.

    • Bienvenue… Je t’adoube. Tu fais à présent partie de la confrérie des Terriens qui savent au sujet de ce grand complot planétaire.

      On ne nous cachera plus éternellement ces secrets diaboliques 😉

  4. Pour résoudre le problème ? Simple : cessons de privilégier les lève-tôt par rapport aux couche-tard
    Retardons d’une heure tous les 6 mois

    • Bonsoir Odile,

      Excellente idée. Et ceux qui boycottent les réglages nous rejoindront donc chronologiquement dans 12 ans !
      Voilà donc le monde à deux vitesses 😉

      À bientôt

  5. Bonjour Thierry,

    décidément j’aurais toujours du mal à comprendre les grincheux qui râlent tous les ans contre le passage à l’heure d’été.

    Pourtant la symbolique est simple et il ne s’agit pas uniquement d’économie d’énergie.
    Le passage à l’heure d’été, c’est le retour des apéros prolongés aux terrasses des cafés, caressé par la brise, la douceur des dernier rayons de soleils et le murmure des conversations conviviales.

    Pour ma part, c’est la possibilité de me détendre sur les terrains de tennis extérieur après une dure journée de labeur.

    Alors vive l’heure d’été et tant pis pour les grincheux qui préfèrent sans doute rentrer chez eux pour regarder la télé.

    Vincent

    • Bonjour Vincent,

      Me voilà rassuré, il en existe quand même pour apprécier ce chambardement bisannuel…
      Cela dit, je pense qu’en cette époque de grande flexibilité, tu devrais pouvoir partir de ton boulot une heure plus tôt sans obliger tous tes voisins à régler leurs horloges 😉

      Et non, je ne regarde pas la télé, j’ai trop d’occupations épanouissantes. J’ai choisi un boulot où je m’éclate et je n’éprouve pas un irrépressible besoin d’abandonner au plus vite « une dure journée de labeur ». Si j’ai choisi d’être indépendant depuis toujours, c’est précisément pour avoir le droit de prendre le soleil ou pratiquer mes loisirs quand je le veux, et sans attendre que « la société » m’offre, dans sa grande bonté, une heure diurne de plus.

      Et je persiste à trouver que les nombreuses complications découlant de cette décision « politique » pèsent infiniment plus dans la balance que les quelques agréments que l’on peut de toute façon s’octroyer autrement.

      Mais bon, j’ai toujours été plus attiré par le camp de ceux qui décortiquent et contestent que par celui des petits soldats qui obéissent sans réfléchir. 😉

      À bientôt

  6. Bonjour Thierry,

    Le changement d’heure est une façon «artificielle» d’«allonger» les journées.

    On essaie d’allonger les soirées en été, parce moins de personnes ont besoin de clarté très tôt le matin (il fait déjà clair à 5 heures), alors qu’en hiver, vu qu’il fait noir tout le temps, on «préfère» qu’il fasse moins noir pour se lever le matin. Donc, on recule l’heure.

    En réalité, l’hiver, il fait noir tout le temps, ça devrait vouloir dire qu’on devrait pouvoir hiberner ou du moins avoir un rythme différent de celui de l’été! Je parle bien sûr des pays nordiques comme le mien, où il y a un hiver…

    Amicalement,

    Sco! 🙂

    • Bonjour Sco!

      C’est vrai ça ! Au-dessus du cercle polaire, changent-ils aussi l’heure ? Ça sert à quoi de décaler d’une heure quand on dort 6 mois et reste éveillé les 6 autres ? 😀

      À bientôt

  7. Bonjour,

    Je pense que la vraie question est l’impact sur notre santé ? Ayant un boulot ou je suis sans cesse dans des rythmes différents le changement d’horaire à forcément un effet négatif sur l’organisme.

    Paul de nosamisleschiens.fr

    • Bonjour Paul,

      C’est bien la vraie question. Nos ancêtres sauvages vivaient au rythme des saisons et s’ils suivaient les cycles naturels, cela se faisait progressivement, jour après jour, en douceur.
      Mais décaler artificiellement le rythme de vie d’une heure, deux fois par an, cela perturbe les organismes, surtout les plus faibles.

      Dire qu’on nous chante les mérites d’une vie saine aux rythmes réguliers (pour les repas, le sommeil, etc.) et deux fois par an, gros coup de pied au… 😉

      Pas cohérent, tout cela.

      À bientôt

  8. Bonjour Thierry,
    J’ai lu bien des proses sur le passage à l’heure d’hiver ou d’été, mais aucune ne m’a laissé un tel goût de littérature vivante, colorée et savoureuse comme ton article !
    Je suis comme tout le monde, chaque année en pétard contre ces changements. Comme Philippe, en difficulté pour correspondre avec le vieux continent… Comme Sco, le changement d’été nous fait sortir bien trop tôt de notre hibernation (nous changeons l’heure quelque chose comme 3 semaines avant vous !)…
    Et chaque année, je mets plus d’un mois à réaliser qu’on m’a volé ou offert une heure. Sans jamais savoir lequel des deux changements l’a fait. C’est dire comme j’aime ce passage !
    Il y a juste de la Bretagne, sur ce piton rocheux de l’extrême Ouest, dont j’ai le souvenir de soirées étirées à l’infini où le soleil n’en finit pas de se coucher…
    A bientôt !

    • Bonjour Bernadette,

      Merci pour ton appréciation gastronomique 😉
      Trois semaines avant nous ? J’ignorais. Mince ! Ils arrivent à ajouter un décalage de 3 semaines à celui d’une heure ? Décidément.

      Parfois l’hiver, au lieu de changer l’heure, je prendrais bien l’option hibernation. Mais je ne peux pas. Mon blog n’avancerait pas 😉

      À bientôt

  9. Bonjour Thierry

    Je suis pour le changement de l’heure d’été — l’hiver parce qu’on gagne une heure non pas de sommeil (enfin pour moi qui suis une lève-tôt – mais de plaisir à flâner et lire dans le lit

    Le jour de Pâques j’ai dû dire à toute la famille qu’on changeait l’heure sinon personne n’aurait été à l’heure

    et comme ici est plutôt un coin ensoleillé et que je peux voir le Tage et la mer de ma fenêtre juste un petit bout) c’est bien agréable de rester sur le balcon le soir tard

    • Bonjour Sylviane,

      Oui, je ne nie pas la magie d’un coucher de soleil. Mais est-il plus beau en fonction de l’heure marquée sur nos montres ?
      Je connais le bonheur de flâner au lit, de lire des ouvrages captivants ou de prendre le temps, musarder le nez en l’air.

      Mais dans une société si codifiée, au lieu de nous recadrer avec décalage, ne devrait-on pas, plus simplement, permettre à chacun de disposer d’horaires plus souples afin de profiter librement de tous ces bons moments ?

      Et puis… Il n’y a pas d’heure pour les braves ! 🙂

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>