Dernier article sur ce blog… pour cette année 2012


Et nous voici donc à la fin d’une année, riche en émotions pour les uns, terne ou ennuyeuse pour les autres. Cela évoque en chacun de nous des sensations très diverses… source d’inspiration évidente pour qui ne rate aucune occasion.

Une année qui expire peut-elle être source d’inspiration ? À l’évidence oui. Nous avons tous eu à vivre, lors de l’un ou l’autre réveillon de fin d’année, une expérience différente, hors du commun ou tout simplement mémorable.

La plus grande fiesta de votre vie ? Un réveillon à l’hôpital auprès d’un proche ? Une veillée au coin d’un feu dans la forêt ? Avec des personnes aimées, ou détestées. En présence d’une femme ou d’un homme aimé… mais qui ne le sait pas ? Ou bien tout simplement les fêtes de fin d’années rappellent en nous cette aura magique, puisant sa source dans nos souvenirs d’enfants.

Autant de situations étranges, particulières, qui ont marqué leur empreinte indélébile dans notre mémoire émotionnelle. Qui nous remuent, que l’on recherche en frissonnant ou que l’on rejette en râlant.

Quel que soit votre cas, il y a matière à s’exprimer, à raconter, à extérioriser. Qu’elles soient positives ou négatives, enthousiastes ou déprimées, ces émotions méritent d’être révélées, pour vous seul ou pour les partager.

Dans votre recherche d’inspiration, il y a une multitude de manières de raconter cela. Puisez dans vos souvenirs, scénarisez, soyez précis comme un historien scientifique dans un souci de vérité, ou bien à l’opposé, travestissez, mélangez le tout pour vous exprimer sans vous mettre à nu. La recette importe peu, le principal est de vous concocter un festin de sensations, souvenirs, réminiscences, et de le déguster seul ou en bonne compagnie.

Voulez-vous d’autres pistes ?

Inventez votre rencontre avec le Père Noël, en vrai ou en rêve, le vrai ou un faux, gentil ou méchant ou même encore, tout simplement surprenant. Le père Noël n’est peut-être pas celui que l’on croit. Et Sylvestre, que fait-il les 364 autres jours de l’année ? Ce saint est-il en hibernation dès le lendemain du jour où on le fête ? Sylvestre, pas le chat de Titi et Gros Minet, bien sûr ! Non, celui que tout le monde attend le 31 décembre et qui nous fait l’injure de ne se montrer que le lendemain quand ses fans ne sont plus capables de le reconnaître, trop imbibés par leurs libations nocturnes.

Lâchez-vous, amusez-vous, exprimez-vous. C’est la fête, alors « fêtes » ce qui vous plaît le plus.

À tous mes amis chatouillés par la plume, je rappellerai cet adage, jamais vérifié… mais qui peut savoir ? :

« Ce que l’on fait le 1er jour de l’an, on le fera tout le reste de l’année »

Quand on me sort cette phrase, je n’ai qu’une envie… écrire, écrire, écrire et délirer jusqu’au petit matin afin de surprendre Sylvestre qui ne se doute de rien. Pour ensuite pouvoir raconter la réaction de ce dernier, parti se coucher pendant que je continue, à longueur d’année, à me délecter de figer dans les mots la vie qui passe.

Bonne année à tous, écrivains, lecteurs et les autres. Que 2013 soit pour vous une source d’inspiration sans fin et qu’elle soit l’année de votre épanouissement complet dans tous vos projets. En espérant aussi que mes élucubrations sur ce blog participent peu ou prou à cette mission.

Bonne année 2013

Thierry Cloës


  1. Bonjour Thierry,
    C’est vrai que la fin de l’année donne envie d’en faire un bilan, et je trouve très sympa l’idée de le rédiger comme un récit…
    Pour cette année, je fais l’impasse, mais l’idée me tente bien !
    Prends soin de toi
    Luc Mister No Stress

    • Oui, tout peut être scénarisé.
      Et puisque tu utilises le mot « bilan », je me mets à penser à une multinationale qui, au lieu d’aligner des chiffres ennuyeux, donnerait à ses actionnaires un bilan sous forme romancée…
      Voilà qui changerait les habitudes 😉

  2. Harpon François

    Bonjour Thierry , j’etais à la recherche d’une baguette magique
    Pour me trouver la solution : comment rédiger mon projet sur le bar
    Sans alcool de ma structure.
    Je travail dans un service jeunesse comme animateur depuis un an
    Avant dans cette même ville j’étais Médiateur pendant 5ans avec une bonne
    Connaissance de terrain, très proche de la population et très investit dans cette tâche . Aujourd’hui le changement reste toujours dans un contexte relationnel que je maitrise mais dans la rédaction de projet j’ai beaucoup d’idée mais pas toujours facile de la mettre en forme. Peut être que vous avez cette baguette magique.

    • Bonjour François,
      La thématique dont il est question ici se prête admirablement à la scénarisation. Comme animateur dans un service jeunesse, tu dois avoir un tas d’anecdotes, de souvenirs de situations qui peuvent illustrer ce projet par « l’exemple ».
      Les mises en situation sont un puissant outil pour présenter une idée et il ne faut pas s’en priver.
      Impossible de détailler ici, mais une piste peut-être :
      Découper le projet en phases puis en idées fortes (les arguments)
      Pour chaque idée à faire passer, se souvenir d’anecdotes vécues qui s’y rapportent. Trouver ensuite un style propre (un canevas à suivre pour structurer chaque idée de la même manière) et rédiger.
      Il y aura certainement un temps de démarrage et des corrections ultérieures, mais c’est une manière de démarrer.
      Et je suis prêt à donner mon avis sur les premières tentatives 🙂

  3. Je ne vais pas pouvoir raconter grand chose
    sur mon réveillon vu que je l’ai passé dans l’avion
    sans savoir à quelle heure on passait en 2013
    ni au-dessus de quel pays!

    • Un réveillon dans l’avion… en revenant de Thaïlande, je crois ?
      Quelle aubaine pour écrire  ! Bien sûr que cela peut inspirer une histoire : la course insensée d’un humain dans un avion contre la ligne du temps. Passer au-delà, puis en deçà de du méridien mobile du minuit fatidique. Le dépasser plusieurs fois pour répéter l’instant du passage de l’an… c’est magique. 🙂

  4. Bonjour Thierry,

    Tout évènement est bon à prendre pour déborder d’imagination. En tout cas, ton article donne envie d’écrire 🙂

    Bien amicalement,
    Dorian

  5. Bonjour Thierry,

    Je fais toujours le bilan de l’année passée le 1er janvier mais en ne gardant que les choses positives Je remercie aussi pour tout ce que l’année m’a apporté et je fais mes résos pour l’année qui débute

    J’aime bien écrire et relis avec plaisir mes cahiers noircis d’il y a des années

    Bonne année à toi

    • Une vision positive des choses est un excellent moyen de se motiver et d’avoir un bon moral.
      Relire ses cahiers noircis d’il y a des années, c’est émouvant, n’est-ce pas ? Cela te donne-t-il parfois envie de réécrire certaines choses, pour en changer le style ou pour modifier le regard sur les choses qui ont changé avec le temps ?

  6. Bonsoir Thierry,

    Je n’ai jamais fait de bilan, j’aime écrire pourtant…..peut être que j’essaierai cette année, cette idée me plait assez.

    Merci

    Bonne soirée

    Charlotte

    • Bonjour Charlotte,
      Si tu aimes écrire, lance-toi, il n’y a rien de tel.
      Ensuite, plus tu pratiques, plus tu maîtrises, plus tu en retires du plaisir.
      Écrire, c’est vivre, s’exprimer, créer des mondes…
      Quand on aime, il ne faut pas s’en priver.

  7. Bonjour Thierry,
    C’est le récit de toutes les années écoulées que je voudrais faire et que je reporte sans cesse. Persuadée qu’il ne pourrait intéresser grand monde. Il faudrait donc que je l’écrive juste pour moi et advienne que pourra !
    A bientôt !

    • On est parfois étonné de ce qui peut intéresser les lecteurs, en témoignent les nombreux blogs personnels qui ne sont que de simples journaux intimes livrés au grand public et dont certains ont un succès plus que d’estime.
      Plus que de grandes aventures incroyables, c’est le sens que l’on donne parfois à certains faits insignifiants qui peut donner de l’attrait.

  8. Bonsoir Thierry!

    Merci pour l’article et les idées qui peuvent faire naitre quelques futurs bestsellers!

    Quant à mon bilan, il est vite fait: des milliers de pages écrites et pas une seule publiée. Il va falloir encore transpirer avant de passer sur les antennes.

    Vous l’avez compris: trop d’argent tue l’argent et de ce fait mon porte-monnaie connait quelques carences.

    Cela ne nous empêche pas de lever le verre pour que 2013 soit un peu plus clémente.

    Tiens, en écrivant ceci, une idée me vient à l’esprit: mon prochain titre le voici « Le récit d’un écrivain jamais publié ». Je vous assure que cela va faire un tabac! Le titre me semble être assez accrocheur? Ou bien ridicule? Qu’importe s’il est vendeur?

    Faut-il qu’il soit publié???

    À bientôt!

    • Tous les auteurs ont collectionné les milliers de feuillets inédits avant de publier leur premier livre. Stephen King, avant de publier son premier roman a mis près d’une décennie à envoyer ses textes à divers éditeurs sans succès avant la consécration.

      Quant à ton titre, amusant, il me fait penser à cet autre classique : « Les mémoires d’un amnésique » 😉

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>