Comment éviter le syndrome de la page blanche ?


Cet article est une courte introduction à la catégorie « Imaginer »

Pour éviter le syndrome de la page blanche, le sage vous répondra sans sourciller qu‘il suffit de partir d’une page de couleur.

Je reformulerai donc la question sous un angle plus scientifique, en tenant compte de tous les éléments de contexte (rien à voir avec le texte du même nom) :
« Comment éviter le syndrome de la page vierge de tout texte ? »

De nombreux écrivains, amateurs comme professionnels, peuvent tôt ou tard se trouver face à cette terreur : ne pas être capable de commencer un texte… la panne d’inspiration !

Ce blocage peut avoir des sources très diverses, depuis l’extrême fatigue physique passagère, jusqu’à l’enrayement au plus profond de l’inconscient en raison de freins psychologiques aussi intenses que difficiles à cerner. Ce n’est pas une mince affaire, et des réponses très variées seront données aux raisons si éparses de cette panne sèche.

Les billets de ce blog, dans la catégorie « Imaginer », passent en revue la multitude de causes de blocages, et l’encore plus grand éventail de « solutions élémentaires » qui s’offrent à nous pour contourner ces problèmes, et retrouver le chemin de « l’inspiration intarissable ».

Si votre premier souci dans votre entreprise d’écriture concerne l’inspiration, venez régulièrement suivre les conseils de cette rubrique et vous trouverez forcément l’une ou l’autre astuce pour vous mettre le pied à l’étrier.

 


  1. Bonjour Thierry,

    Merci pour cet article. En effet, ce syndrome existe mais tout le monde je crois peut le surmonter. Bonne idée d’en proposer les solutions. Bonne continuation.

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>